Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
cueillir et cuisiner .fr

Articles récents

Sylvothérapie holistique : l'art de se soigner grâce aux arbres.

30 Décembre 2019 , Rédigé par Anne-Marie GERNOT Publié dans #Sylvothérapie

Qu'est-ce que la Sylvothérapie Holistique ?

C'est l'art de se soigner grâce aux arbres et à travers ses cinq sens. 

Les arbres font partie intégrante de notre environnement et nous rendent de nombreux services :

  • Rafraîchissent l'air et le purifient
  • Produisent de l'oxygène
  • Dépolluent les villes et absorbent les métaux lourds
  • Retiennent l'humidité, appellent la pluie
  • Nous inondent d'huiles essentielles bienfaisantes
  • Produisent de l'humus grâce aux mycorhizes
  • Nous nourrissent, nous chauffent, nous abritent, nous aident au quotidien depuis la nuit des temps....
  • Et en plus ils nous soignent !

L'arbre est un être vivant hypersensible et indéfinissable.

Il fait partie de nos racines profondes car un jour il fut notre compagnon de route. Nous vivions dans et par les arbres et nous en avons gardé un souvenir inconscient. 

Lorsque nous regardons un arbre, nous avons le cœur en joie !

Il a été scientifiquement prouvé que le simple fait de voir un arbre de sa chambre, permet aux personnes hospitalisées de guérir plus vite et d'être moins sensibles à la douleur.

Un scanner montre que la simple vue d'une image d'arbre mobilise plus de zones cérébrales que n'importe quelle autre image.

Nous communiquons avec lui de manière inconsciente, à travers notre système immunitaire qu'il renforce lorsque nous le côtoyons.

 

La sylvothérapie s'adresse à nos 5 sens :

  • La vue et le toucher : le bain de forêt (qui fait appel à tous les 5)
  • Le goût : la gémmothérapie, infusions et nutrition
  • l'odorat : les fumigations sèches et humides, les encens
  • L’ouïe : la musicothérapie végétale et relaxation végétalo-mélodique

Le bain de forêt :

Aussi appelé shinrin yoku, le bain de forêt est une marche lente  au milieu des arbres. Elle se pratique au rythme de la relaxation dynamique au cours de laquelle nous utilisons nos cinq sens pour nous reconnecter à la nature.

Depuis des siècles et dans toutes les traditions, les humains ont  su que les arbres leur offraient une énergie de guérison. Aujourd’hui, les scientifiques se penchent sur ces traditions et font des expériences qui prouvent les bienfaits des arbres.

Bienfaits scientifiquement prouvés :

Après 30 minutes de bain de forêt, il est observé une baisse de la tension chez les personnes souffrant d’hypertension, la régularisation du taux de glycémie chez les diabétiques.

Des tests psychologiques ont permis de mesurer les variations de l’humeur de sujets suite à une balade en forêt. Ainsi, la promenade en  forêt augmente les scores sur l’échelle de la « vigueur » des sujets, tout en diminuant ceux de l’anxiété, de la dépression et de la colère.

Le « Forestry and Forest Products Research Institute » japonais a publié une étude qui démontre que le fait de marcher dans les bois fait baisser le taux de cortisol, cette hormone étant considérée comme la  principale hormone de stress.

Les bains de forêt pourraient augmenter l’activité des lymphocytes NK, également appelés cellules tueuses naturelles ou lymphocytes nuls. Ces cellules fabriquées dans la moelle osseuse produisent des substances chimiques qui détruisent les cellules cancéreuses. Ainsi, 2 groupes d’hommes et de femmes ont effectué un séjour de 3 jours et 2 nuits en forêt. Durant ce séjour, ils ont fait  3 balades et ont dormi dans un hôtel en plein cœur de la forêt. Des tests sanguins ont été réalisés avant et après le séjour : l’activité des lymphocytes NK avait largement augmenté dans les 2 groupes. Cette augmentation a persisté 30 jours après leur retour…

Les bains de forêt sont très bénéfiques aux enfants. Les contacts avec la nature contribuent au développement de la mémoire, la concentration et apaise les enfants hyperactif et/ou hypersensibles.

 


Le bain de forêt est une méthode de soins par les arbres, mais il n'est pas le seul.

La gemmothérapie :

Ou comment se soigner grâce aux bourgeons et aux jeunes pousses d'arbres.

 L’idée étant que le bourgeon renferme à lui seul l’énergie de la feuille, de la fleur et du fruit, d’où une action bien plus complète lors de son utilisation en interne.

Un peu comme les "cellules souche", le bourgeon est le lieu privilégié de la croissance et de la multiplication cellulaire. C’est pourquoi le macérât de bourgeons vient booster les processus vitaux de l’organisme.

Cette technique prend en considération l’homme dans sa globalité (notion de terrain).

On utilise des bourgeons et des jeunes pousses, à l’état frais, macérés pendant 21 jours dans un mélange de glycérine, d’eau et d’alcool.

C’est un concentré d’informations et d’énergie vitale, qui rassemble toute la puissance et l’énergie de l’arbre ou de la plante utilisée.

 

 


Se nourrir avec les arbres :

Les arbres nous nourrissent depuis des millénaires. Leurs fruits sont savoureux et riches en vitamines et en éléments minéraux. Certains fruits à coque se conservent très longtemps et permettent de passer l'hiver sans craindre la famine.

Ce que l'on sait moins, c'est que l'on peut aussi consommer leurs feuilles, soit sous forme de boisson, soit en salade lorsqu'elles sont jeunes, mais aussi sous forme de farine.

La farine de feuilles de tilleul par exemple a aidé à survivre de nombreuses personnes durant les guerres. Aujourd'hui, faire des crêpes ou du pain à la farine de tilleul est devenu un amusement pour les enfants, mais les propriétés de la farine de tilleul restent très intéressantes en terme de nutrition.

Avec les fleurs de nombreux arbres, on prépare des infusions, des sirops, des confitures et des gelées. Un régal à la portée de tous et offert par Dame nature.

 

Les fumigations et encens :

A partir de morceaux de feuilles, de racines, d'écorces.

  • Humides :  bouillies dans de l'eau
  • Sèches : parties d'arbre séchées et broyées brûlées sur le charbon de bois.
  • Encens : avec  les genévriers, les mélèze, les conifères.

Il est scientifiquement prouvé que les fumigations influencent positivement le taux d'ions négatifs (bons pour notre santé) dans les pièces ainsi purifiées.

 

 

Musicothérapie végétale :

Prévention et soin des maladies humaines par la musique des plantes : une plante est capable de produire une musique susceptible d'améliorer l'état intérieur d‘un humain comme d‘un végétal...mais sans décodeur, l'humain ne peut entendre cette musique

Comment se crée la musique des plantes ?

Les acides aminées créent une chaîne protidique qui, en passant à travers un ribosome (sorte d'entonnoir) créent une oscillation, donc une vibration, donc un son que les insectes entendent via leurs antennes. Notre oreille humaine a besoin d‘un décodeur pour la percevoir.

Les plantes sont des musicothérapeutes qui savent calmer notre stress, faire baisser notre tension, diminuer notre glycémie et bien d'autres choses encore.

Relaxation végétalo_mélodique :

A mi chemin entre pleine conscience et musicothérapie, le bain de forêt musical vous apporte un moment de détente et de relaxation profonde.

 

La sylvothérapie holistique est une spécialité qui trouve sa place

parmi les médecines douces et les techniques antistress. Elle a fait ses preuves depuis longtemps pour aider les personnes souffrant d'un burn-out, ou de maladie du stress.

 

 

Lire la suite

Il est grand temps de cueillir les baies de l'automne (2)

8 Octobre 2019 , Rédigé par Anne-Marie GERNOT Publié dans #Les cueillettes

Le cynorhodon :

Le cynorhodon est le fruit de l'églantier (rosier sauvage). Il se présente comme un petit fruit ovale rouge vif, orangé parfois. Lorsqu'il mûrit, il devient un peu mou et lorsqu'on presse dessus, il laisse échapper une chair rose et des "graines" très dures : des akènes.

Il est très connu sous le nom de "gratte cul" ou de "poil à gratter". Outre sa forte teneur en vitamines C, il peut être utilisé pour se débarrasser d'une diarrhée et/ou d'oxyures.

 

 

Comment les cuisiner ?

D'abord, il faut les cueillir...attention, ça pique et les épines s'accrochent aux vêtements et à la peau.

Cette année, la nature est généreuse, on peut faire de belles récoltes en peu de temps.

 

Maintenant commence un travail de patience : il faut les nettoyer, enlever les feuilles, les tiges, les fruits abîmés. Les laver à l'eau vinaigrée puis, fruit par fruit enlever à l'aide d'un couteau les deux extrémités.

Si vous n'avez pas le temps de les cuisiner, ou si vous n'en avez pas assez, vous pouvez les congeler.

Sirop, gelée, confiture,  ça commence toujours par une décoction.

Mettez 500 g de fruits dans un litre d'eau froide et portez à ébullition. Laissez bouillir 10 à 15 minutes puis laissez refroidir hors du feu jusqu'à refroidissement complet.

Pour le sirop : passez les fruits dans une passoire pour ne recueillir que le jus, puis pesez le. Remettez votre jus dans une casserole avec autant de sucre que de jus et portez à ébullition. Laissez bouillir et tournant de temps en temps et en vérifiant la texture. Selon ce que vous voudrez faire de ce sirop, vous le laisserez plus ou moins. 

Un sirop peut servir à parfumer une salade de fruits, une compote, et même une sauce pour un plat salé sucré.

Laissez le refroidir puis versez le dans une petite bouteille étiquetée et conservée au réfrigérateur. Vous pouvez aussi le congeler en petits carrés pour mettre dans la limonade.

Pour la confiture : vous passez les fruits entiers au moulin à légumes, jusqu'à ce qu'il ne reste que les akènes dans le fond du moulin. C'est un jeu de patience et vous devrez vous y reprendre à plusieurs fois.  Il faut un "moulin de grand-mère" car aucun mixeur n'est capable de casser les akènes.

Vous recueillez alors une compote que vous pouvez sucrer à 300 g de sucre pour 500 g de compote et ajouter un peu d'agar agar en fin de cuisson. La cuisson est la même que pour toutes les confitures.

Pâtes de fruits : 100 g de compote pour 100 g de sucre et cuire assez longtemps pour que le mélange épaississe. Déposer sur la lèche frites un papier cuisson et versez la pâte. Laissez refroidir...Découpez des petits carrés que vous roulez dans du sucre et les conservez dans une boite en fer.

 

 

Le plein de vitamines C

Le cynorhodon est le fruit le plus riche en vitamines C. A poids égal, il est plus riche que le citron. 

Après avoir cueilli et nettoyé lavé vos fruits, vous les séchez soigneusement et les rangez dans un sac en papier ou une boite en fer, à l'abri de la chaleur et de l'humidité.

Durant tout l'hiver, tous les 10 jours vous prendre 10 à 15 fruits que vous passerez au moulin à café, jusqu'à obtenir une poudre au goût acidulé. Mettez la dans un petit pot en verre, au réfrigérateur et vous pourrez en saupoudrer vos salades et vos desserts chaque jour. A ne consommer que jusqu'à 16 h, après, ça risque de vous empêcher de dormir.

A conserver en poudre 10 jours maximum au réfrigérateur.

Lire la suite

Il est grand temps de cueillir les baies de l'automne (1)

6 Octobre 2019 , Rédigé par Anne-Marie GERNOT Publié dans #Les cueillettes

Les prunelles :

Cueillez les maintenant, nettoyez-les et placez les au congélateur. Pour être à point, elles ont besoin d'une première gelée, mais si vous attendez pour les cueillir, les oiseaux passeront avant vous et vous ne trouverez plus grand chose...alors un petit tour au congélateur s'impose.

Reconnaître les prunelles :

Elles poussent sur un arbrisseau multi-tronc : le prunellier aussi appelé épine noire car ses branches sont couvertes de grandes épines noires qui n'hésitent pas à nous barrer le chemin des fruits.

 

Son feuillage ressemble à celui du prunier, du cerisier mais en plus petit.  Les fruits pédiculés poussent directement sur les branches. Ils sont durs et sans jus avant les premières gelées.

 

Pour les novices, il peut y avoir un doute avec les baies de fusain, qui sont toxiques. Le fusain a de toutes petites feuilles qui ressemblent à celles du pécher et ses baies poussent en grappe. Elles sont molles et juteuses.

Attention, ces baies sont toxiques

 

 

Quelques recettes 

Prunelles au vinaigre :

Un bol de prunelles sorties du congélateur, 2 verres de vinaigre de cidre, des aromates au choix (thym, laurier, sarriette, ail, clou de giroffle...) 

Équeuter les prunelles et les percer avec un cure-dent

Les mettre dans un pot hermétique avec les aromatiques

Faire chauffer le vinaigre Remplir le pot à ras bord du vinaigre bouillant

Dans 2 ou 3 jours, filtrer le vinaigre, le faire bouillir à nouveau et le reverser sur les prunelles

Attendre 1 mois minimum avant de consommer en accompagnement d’un plat salé. 

 

Prunelles en saumure :

Sortir un petit saladier de prunelles du congélateur. Les fendre avec un cure dent. Remplir à demi le pot en verre hermétique, placer les aromates et terminer de remplir le pot.

Préparer une saumure à 1/5 soit 100 g de sel pour 500 g d'eau. Laisser bien fondre le sel puis verser la saumure sur les prunelles. 

Il ne faut surtout pas que les prunelles soient en contact avec l'air. Le bocal doit être très plein. Si non, prenez un linge dans lequel vous placez quelques billes ou pierres (très bien nettoyées et stérilisées) pour que les prunelles trempent complètement.

Fermez et attendez 8 jours à température ambiante. Agitez le pot chaque jour.

Au bout d'une semaine, égouttez les prunelles et rincez les à l'eau claire.

Remettre les prunelles dans le pot lavé à l'eau chaude et bien essuyé, ajouter des aromates fraîches et couvrir d'huile d'olive.

Attendre 3 semaines et vous pourrez déguster vos "olives sauvages".

Attention : toute odeur suspecte, désagréable rend le produit impropre à la consommation, à quelque niveau de préparation que ce soit.

 

Gelée de prunelles :

Un saladier de prunelles, autant de sucre que de jus cuit, cannelle, cinq épices ou autre parfum au choix.

Faire cuire les prunelles à l'eau froide avec deux volumes d'eau. Laisser bouillir 10 mn à couvert puis  laisser refroidir.

Passer le tout au moulin à légumes. Retirer les noyaux du mieux possible.

Presser au maximum la chair restante.

Peser le jus ainsi récupéré, le remettre dans la casserole et ajouter autant de sucre que de jus.

Faire cuire à feu doux avec les épices en surveillant la densité du jus. S'il reste trop liquide, ajoutez un peu d'agar-agar.

Mettre en pot et les retourner aussitôt jusqu'à complet refroidissement.

Variante : Vous pouvez ajouter quelques pommes en compote.

 

 

 

 

 

Lire la suite

Petits cadeaux originaux pour les fêtes

24 Septembre 2019 , Rédigé par Anne-Marie GERNOT Publié dans #Fait maison

Nous voici en automne, c'est la période des récoltes et il est temps de penser à ce dont nous aurons besoin pour préparer nos petits cadeaux originaux.

C'est du fait maison, donc il faut y penser à l'avance.

Même si vous n'avez pas une idée précise de ce que vous voulez réaliser, vous pouvez récolter : 

  • des cynorhodons (fruit de l'églantier)
  • des cenelles (fruit de l'aubépine)
  • des prunelles (fruit de l'épine noire ou prunellier)
  • des mûres (fruit de la ronce)
  • des châtaignes, des glands
  • des graines de carottes sauvages
  • des graines de berce commune
  • et bien d'autres choses encore....

Nous pourrons cueillir ensemble et ensuite vous rangerez les fruits au congélateur en attente des ateliers de fabrication. Les graines sont mises à sécher à plat, bien aérées et à l'ombre.

Il faut aussi anticiper la mise en pot et/ou en flacon et commencer à les récupérer chez vous et autour de vous. N'utilisez que de verre.

Quand vous avez récupéré vos contenants il vous faut les préparer :

  • les laver soigneusement et retirer les étiquettes
  • les rincer avec de l'eau vinaigrée
  • pour une première utilisation, vous devez les stériliser (5 mn à l'eau bouillante vinaigrée)
  • puis vous les sortez de l'eau et les retournez chauds sur un torchon
  • lorsqu'il sont secs, vous les vérifiez et vous les fermez avec les bouchons très soigneusement nettoyés.

Ensuite, au cours d'ateliers "cadeaux de Noël", nous apprendrons à réaliser quelques préparations fort sympathiques  !

Nombre de places limitées, inscrivez-vous rapidement.

Lire la suite

Savoir cueillir les plantes sauvages

17 Septembre 2019 , Rédigé par Anne-Marie GERNOT Publié dans #Les cueillettes

Pour bien cueillir les plantes sauvages, il y a quelques règles à respecter :

  • Cueillir à la bonne heure ( voir article à quel moment cueillir).
  • Cueillir "propre" : ne prélever que les plantes en bonne santé, épanouies et sans trace de passage d'insectes.
  • Cueillir avec respect : ne prélever que le nécessaire à sa consommation ou à l'utilisation que l'on souhaite faire des plantes.
  • Nettoyer sur place et rendre à la nature ce que l'on n'emporte pas.
  • Déposer les plantes dans un panier, un petit carton plat ou un sac papier. Séparer les espèces, les manipuler avec précaution.
  • Les utiliser rapidement car les plantes sauvages ne se conservent pas.

     

Lire la suite

Forum des associations le 7 septembre 2019

4 Septembre 2019 , Rédigé par Anne-Marie GERNOT Publié dans #Programme des sorties

Le forum des associations de Cherrueix aura lieu le 7 septembre 2019 (15 h à 18 h) dans la salle du temps libre.

Nous y serons et vous proposerons nos activités. Une nouvelle formule d'abonnement vous sera proposée et nous pourrons choisir ensemble les activités qui vous plairont le mieux : cueillettes, atelier de fabrication, bain de forêt, relaxation musicale...le choix est vaste !

 

Lire la suite

Ces plantes qui nous font du bien

10 Août 2019 , Rédigé par Anne-Marie GERNOT

Les plantes sont des musicothérapeutes qui savent calmer notre stress, faire baisser notre tension, diminuer notre glycémie et bien d'autres choses encore.

Venez découvrir leurs bienfaits lors de bains de forêt musicaux organisées par l'association.

Un chemin vers le bonheur !

Lire la suite

Dans l'intimité du végétal

9 Août 2019 , Rédigé par Anne-Marie GERNOT

Programme d'une sortie "dans l'intimité du végétal"

Les plantes sont-elles intelligentes ?

La vache dans son pré : qui décide de ce qu’elle broute ?

Elles étaient là bien avant nous, et le seront bien après. Comment font-elles pour survivre ?

Comment les plantes qui sont statiques se défendent-elles contre leurs agresseurs ?

Ces plantes qui se soignent et nous soignent. Principes de la génodique.

Ecoute végétalo-mélodique .

 

Inscription indispensable

Public : tout public – chemins accessibles à tous

Tarif : adulte : 10 € - enfant de 6 à 12 ans : 5 € - forfait groupe

 

Intervenante :

Anne-Marie GERNOT – Animatrice formée à la connaissance des plantes sauvages et à leur utilisation, connaissance des arbres guérisseur et des techniques de sylvothérapie.

Lire la suite

Promenade familiale à Saint Broladre

7 Juillet 2019 , Rédigé par Anne-Marie GERNOT Publié dans #Les promenades

A la découverte de la sagesse celtique

Les Celtes, les Druides font partie d'un monde de mythes et de rêves dans lequel l'enfant peut se projeter facilement. Il gardera le souvenir d'émotions, de sensations qu'il voudra retrouver  puis  transmettre à son tour...Rien ne vaut une expérience sensorielle pour transmettre un enseignement.

Comprendre les arbres, communiquer avec eux, se laisser enseigner par eux, c'est un long chemin au cours duquel l'adulte doit se libérer de ses croyances modernes et retrouver ses savoirs ancestraux.

Pour l'enfant, tout est plus facile. Spontanément  il entre dans le rêve et se laisse porter par l'énergie de la forêt....

 

Suivons les pas à pas :

Selon le calendrier celtique, chacun a un "arbre de naissance", celui qui montre le chemin, aide à avancer et à développer les qualités qu'il symbolise.

Chaque participant reçoit donc un "badge" portant le nom de son arbre en Ogham (symbole) et en celtique.

 

Etape par étape, chacun se "transforme en son arbre" : on laisse pousser ses racines (mouvements d'enracinement du brain-gym), on se vide la tête car l'arbre n' a pas de mental et on se connecte à "la source de la sagesse" (conte) alimentée par les 5 ruisseaux (5 sens) auxquels il conviendra de boire un peu d'eau .

Puis vient le moment de se présenter au "roi de la forêt" pour être autorisés à découvrir d'autres secrets.

Après un petit "nettoyage" à l'aide de branches de houx, chacun orne son chapeau d'une couronne de lierre et de quelques fleurs.

Puis on fait connaissance du Chêne, symbole de force et de continuité de la tradition. Perché sur son trône il domine toute la vallée.

Nous cheminons  en admirant les fleurs, les arbres, la végétation luxuriante pour arriver au "pays des fées et des lutins"....il faut traverser le pont mais avant, petit rituel de purification avec un brumisateur (l'eau du ruisseau n'est pas très claire à cause de la sécheresse).

Cette partie de la forêt est "magique". Elle est chantante (le ruisseau coule en cascade), embaume des odeurs humus, de mousses, de souches vieillissantes. Chacun va se délecter de ces parfums si apaisants...

On observe à la loupe...où sont les lutins ?

On écoute au stéthoscope le cœur des arbres,

et soudain, une petite musique vient titiller nos oreilles : la musique d'une fougère, produite par un transcodeur qui diffuse des sons magiques venus d'un autre âge.

Contrairement à l'adulte, l'enfant n'offre aucune résistance à l'idée que les plantes puissent émettre de la musique. Pour eux, c'est naturel et très vite ils se laissent bercer par l'harmonie.

Après 2 heures de promenade au pays des légendes et des savoirs celtiques, il est temps de remercier les arbres et la forêt pour leur accueil. Chacun offre sa couronne de fleur à un arbre, à la terre. Puis  tout le monde, en chœur,  entonne quelques chansons de remerciement et d'au revoir.

Enfin, pour garder un souvenir palpable de cette journée, chaque participant reçoit un "certificat d'aptitude à vivre comme..." son arbre totem (qualités et symboles).

 

Vous avez envie d'une  belle promenade à Saint Broladre

Inscrivez-vous en famille ou entre amis et passez un moment inoubliable.

"cueilliretcuisiner@orange.fr"

  • Adulte à partir de 12 ans : 10 €
  •  Enfant à partir de 5 ans : 5 €
  • Gratuit pour les moins de 5 ans.

Parcours accessible à tous.

 

 

 

Lire la suite

Musicothérapie végétale

3 Juillet 2019 , Rédigé par Anne-Marie GERNOT

En dehors du plaisir d'écouter une plante sauvage ou dans votre jardin, à quoi cela peut-il servir ?

Je vous invite à lire l'article paru dans le Nexus de ce mois ci,  Jean Thoby vous l'explique.

 

 

 

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 > >>